DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UNICEF en plein travail de recensement des orphelins haïtiens

Vous lisez:

L'UNICEF en plein travail de recensement des orphelins haïtiens

Taille du texte Aa Aa

Les informations en provenance d’Haïti tendent à indiquer que l’aide commence à se déplacer de façon plus sûre et arriver dans les mains de ceux qui en ont besoin. Parmi les plus vulnérables, bien-sûr, il y a les enfants. L’UNICEF travaille à Haïti depuis 1949.

Entretien avec son porte-parole à New York, Patrick McCormick.

euronews : Selon certaines sources, des opérations sont en cours pour évacuer des orphelins d’Haïti vers les Etat-Unis, et vers d’autres pays en Europe. Quelle est votre position à ce sujet ?

Patrick McCormick : Bon, tout d’abord ces informations ne sont pas confirmées. Notre position est très claire : nous sommes dans une situation post-désastre, de recherche et de secours, et de sauvetage de vies. D’abord il faut que nous retrouvions ces enfants, que nous les nourrissons, que nous les soignions et que nous les enregistrions. Leur traçabilité est primordiale. Nous devons savoir si ils sont vraiment orphelins, ou si ils sont juste non-accompagnés, si ils ont été séparés de leurs familles. Ce n’est qu’après que nous pourrons envisager des évacuations.

euronews : Il est très difficile de se faire une idée des nombres pour tout ce qui concerne ce désastre… Le nombre de morts, ou le nombre d’orphelins. Quelle est la prévision de l’Unicef ?

Patrick McCormick : Haïti avait déjà beaucoup d’orphelins. Les chiffrer est extrêmement difficile. Je dirais que nous envisageons un chiffre de 100.000, ça pourrait être plus, ça pourrait être moins. Les chiffres sont énormes pour une si petite île avec une population si faible.

euronews : Allez-vous pouvoir gérer la situation avec de tels chiffres ?

Patrick McCormick : Eh bien nous allons devoir le faire. C’est une opportunité pour nous d’améliorer les choses pour les enfants qui étaient orphelins avant le séisme et ceux qui sont orphelins depuis le séisme.