DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Obama: premier anniversaire à la Maison Blanche

Vous lisez:

Obama: premier anniversaire à la Maison Blanche

Taille du texte Aa Aa

Nicole Bacharan est historienne et politologue, spécialiste de la vie politique et de la société américaine. Elle est professeure à Sciences Po Paris.

Elle répond aux questions d’Euronews à l’occasion du 1er anniversaire de l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche.

Euronews:
Barack Obama fête sa première année à la Maison Blanche, une année 2009 qui a été très chargée mais quel bilan peut-on faire des relations entre Obama et les Européens, notamment sur le plan économique ?

Nicole Bacharan:
“Sur le plan économique on a deux continents qui partagent la même crise, et les mêmes difficultés. On est dans une convergence des politiques parce que les exigences et les nécessités sont les mêmes on n’est pas vraiment dans un principe de régulation supranationale et on n’est pas non plus dans une période où les Etats Unis sont leaders et c’est assez surprenant. On se souvient quand même, que notamment sous Bill Clinton même un peu sous George Bush, ils faisaient beaucoup la leçon sur ce que devait être le capitalisme moderne”.

Euronews :
Donc les Européens et Barack Obama, c’est une histoire qui va continuer, qui va même peut-être s’intensifier, notamment sur le plan international. Il y a de lourds dossiers à traiter, à continuer à gérer, notamment le terrorisme qui a fait un retour au premier plan, on l’a vu à Noël, mais aussi l’Afghanistan bien sûr et aussi peut-être l’Iran ?

Nicole Bacharan :
“Les relations entre les Européens et les Américains fonctionnent bien parce que les intérêts communs sont très forts. Ce sont quand même mutuellement les seuls alliés profondément fiables que les uns et les autres puissent avoir. Mais enfin il y a quand même une déception européenne vis-à-vis d’Obama. Il y a de sa part une certaine négligence ou plutôt une certaine ignorance de la sensibilité européenne à certains moments”.

Euronews:
Alors on l’a vu, il y a beaucoup de dossiers internationaux à gérer. Pourtant l’année 2010 va être pour Obama une année importante sur le plan intérieur, il y a tout d’abord le vote prochain de la réforme de la santé et surtout en Novembre des échéances cruciales avec les élections des mi-mandats. Est-ce que la vie politique intérieure américaine ne va pas prendre le pas sur ces dossiers internationaux importants?

Nicole Bacharan :
“Le monde fait irruption dans le bureau ovale absolument tous les jours, c’est beaucoup trop lourd, c’est beaucoup trop lourd pour un seul homme, c’est beaucoup trop lourd pour un seul pays mais c’est vrai qu’en novembre 2010, les Américains qui vont donc voter, renouveller toute la Chambre des Représentants et un tiers du Sénat, vont voter sur l‘état de l‘économie, sur la situation de l’emploi, et effectivement sur cette réforme de la santé dont on peut penser qu’elle va être approuvée dans les semaines qui viennent. Donc, il faudrait que d’ici novembre, pour Obama, les Américains ressentent vraiment un bénéfice de cette réforme. Il faudrait aussi que la courbe du chômage reparte dans l’autre sens et là c’est vraiment loin d‘être acquis.”