DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tremblement de terre à Haïti : l'Europe en quête de visibilité

Vous lisez:

Tremblement de terre à Haïti : l'Europe en quête de visibilité

Taille du texte Aa Aa

Le drame d’Haïti aura révélé les faiblesses d’une Europe qui peine toujours à être visible sur la scène internationale. En présentant aux eurodéputés les priorités de son semestre de présidence européenne, le chef du gouvernement espagnol l’a martelé : l’Europe doit assumer son rôle.

“Nous avons tenté d’apporter une réponse à la tragédie haïtienne. Et j’ai la profonde conviction que la réponse de la communauté internationale est forte, solidaire, et que l’Union européenne va être à la hauteur des circonstances”, a déclaré José Luis Rodriguez Zapatero à la tribune du Parlement européen.

Malgré les plus de 400 millions d’euros débloqués, ce qui fait parler, c’est le fait que Catherine Ashton, la nouvelle chef de la diplomatie européenne, ne soit pas allée à Haïti. Pour l‘élu conservateur Iñigo Méndez de Vigo, une erreur tactique.

“Moi aussi j’aurais aimé voir le drapeau européen, le drapeau bleu aux douze étoiles, et Lady Ashton en tête. Je crois qu’en politique, le sens de l’opportunité est très important, et je crains que malheureusement – c’est l’impression qui domine chez les conservateurs – ce sens de l’opportunité, elle ne l’ait pas eu dans ce cas”, a-t-il regretté.

Catherine Ashton s’est défendue en expliquant qu’elle n’avait pas voulu encombrer l’aéroport de Port-au-Prince, sur recommandation de l’ONU. Le Vert Daniel Cohn-Bendit regrette, lui, que l’Europe n’ait pas eu les moyens de réagir à l’unisson.

“Il y avait en 2006 une proposition pour une force de protection civile Europaid, qui, si elle avait existé, nous aurait permis – nous les Européens – d‘être tout de suite sur place à Haïti. Et ce qui a empêché la construction de cette force européenne de protection civile, c’est le Conseil, ce sont les gouvernements, et je crois que c’est ce débat qu’il faut reprendre”, affirme-t-il.

L’Europe n’en reste pas moins le premier donateur mondial, à Haïti comme ailleurs. Et puisque l’aide financière ne suffit pas à affirmer ce statut, le commissaire européen en charge de l’aide humanitaire a pris ce mercredi le chemin d’Haïti.