DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haïti : la ville de Léogâne sort peu à peu de l'enfer

Vous lisez:

Haïti : la ville de Léogâne sort peu à peu de l'enfer

Taille du texte Aa Aa

C’est à Léogâne que se trouvait l‘épicentre du séisme qui a fait basculer Haïti dans l’horreur. Huit jours après, l’aide humanitaire commence enfin à arriver, mais les habitants ne l’ont pas attendue pour se mettre au travail.

La tâche est immense et les moyens précaires. La ville a quasiment été réduite à néant.

Malgré la proximité avec Port-au-Prince, qui se trouve à une quinzaine de kilomètres de là, Léôgane a été isolée par des routes impraticables.

“Ici, la destruction est massive. On estime que 90% des habitations ont été détruites. La situation est très grave, mais on peut se procurer de l’essence à un meilleur prix et en plus grande quantité qu‘à Port-au-Prince”, explique l’envoyé spécial d’euronews à Haïti.

Maigre consolation pour les habitants que ce début de retour à la normale. Une normalité qui mettra bien plus de temps à regagner les esprits hantés par des scènes de désespoir. Philippe Beaulière vivait près d’une école. Il témoigne :

“Vraiment, le pire, c’est pas la destruction de la maison. C’est de te retrouver sous les décombres comme ici ou chez les soeurs que vous avez visité tantôt. J’ai passé la nuit à essayer d’aider à sauver quelques-uns. Peut-être qu’on a tiré trois enfants vivants de sous les décombres. Le pire sentiment, c’est l’impuissance devant le cri d’un enfant qui appelle au secours pendant des heures et tu es là, mains nues. Tu ne peux rien faire.”

Vestiges de ces jeunes vies fauchées, les dessins et cahiers qui jonchent les gravats.

La vie, pourtant, reprend le dessus, et des enfants laissent éclater leur joie au contact retrouvé de l’eau, jaillissant d’une canalisation.

A Léôgane peut-être encore plus qu’ailleurs, les Haïtiens ont à nouveau l’espoir de reprendre en main leur destin.