DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

MSF:"on a besoin d'urgence de 150 tonnes de matériel médical"

Vous lisez:

MSF:"on a besoin d'urgence de 150 tonnes de matériel médical"

Taille du texte Aa Aa

Stefano Zannini, chef de la mission de Médecins sans Frontières à Haïti a été contacté par Euronews.

Euronews:
L’ONU et la Croix Rouge Internationale ont qualifié le séisme d’Haïti d’une des pires catastrophes humanitaires de ces dernières décennies. Quelle est l’analyse que vous en tirez sur la base de votre expérience sur le terrain?

Stefano Zannini:
“Le pays, qui était parmi les plus pauvres au monde, a en plus perdu le peu de structures dont il disposait. Les besoins donc sont énormes.”

Euronews:
La coordination américaine a été fortement critiquée. Vous avez dénoncé ces derniers jours les difficultés rencontrées pour faire atterrir les avions transportant votre matériel médical. Quelle est la situation actuellement et en quelles relations avez-vous avec les forces américaines?

Stefano Zannini:
“Les difficultés ont commencé il y a 4-5 jours. Nos avions ont été redirigés vers la République Dominicaine, souvent sans nous fournir d’explications.
Hier nous sommes arrivés à en faire atterrir un et on a pu réapprovisionner nos stocks de médicaments, mais là nous avons besoin d’urgence d’un minimun de 150 tonnes de matériel médical.”

Euronews:
Quelle est votre évaluation du risque d‘épidémie à l’heure actuelle?

Stefano Zannini:
“Les risques d‘épidémies suite à une catastrophe naturelle de ce type ne sont pas très élevés. Une épidémie pourrait se propager par l’intermédiaire des cadavres si ceux-ci étaient déjà infectés par certains types de maladies.”

Euronews:
Y-a-t-il une histoire qui vous donne un peu d’espoir, une histoire qui vous a marqué ces jours-ci?

Stefano Zannini:
“Hier nous sommes arrivés à faire naître un bébé. Cela a été assez difficile car il a fallu pratiquer une intervention chirurgicale complexe mais finalement on a pu sauver le bébé et sa maman. Je veux m’efforcer de croire que c’est à travers de petits événements comme ceux-là qu’on aperçoit de nouvelles lueurs d’espoir et la perspective d’un avenir meilleur.”