DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haïti : "risques de révolte de la population"

Vous lisez:

Haïti : "risques de révolte de la population"

Taille du texte Aa Aa

Une mobilisation internationale qui progresse, des plaintes sur la lenteur des secours et de faibles signes d’un retour à la normale à Port-au-Prince.
Selon l’Onu, ce sont trois millions de personnes qui ont besoin d’aide après le séisme du 12 janvier.
Ce dimanche, un responsable italien envoyé par Rome à Haïti a critiqué la gestion des secours internationaux. Il a mis en garde contre les risques de révolte d’une “population qui a déjà dépassé le seuil du supportable”.

Si la distribution de vivres se déroule généralement dans le calme, ce n‘était pas le cas dans un ancien aéroport militaire de Port-au-Prince ce samedi. Les troupes des Nations unies ont dû procédé à des tirs d’avertissement et faire usage de gaz lacrymogène.

Pour ces Haïtiens qui ont dormi sur la place du Champ de Mars près du palais présidentiel, comme pour tant d’autres, le réveil était dur ce dimanche matin. L’organisation internationale pour les migrations a d’ailleurs souligné dans la journée qu’il faudrait disposer de 100.000 tentes supplémentaires pouvant accueillir un demi-million de personnes sinistrées.

Beaucoup d’Haïtiens trouvent un peu de réconfort dans la prière. Des centaines de Port-au-Princiens ont prié, chanté et se sont recueillis en hommage à leurs morts.

Le tremblement de terre a ôté la vie à plus de 112 000 personnes. Le gouvernement haïtien a décrété la fin des recherches d‘éventuels survivants ce samedi bien qu’un homme d’une vingtaine d’années a été extirpé des ruines d’un hôtel. Wismond Exantus est resté 11 jours dans une poche d’air où il pouvait légèrement bouger. Au total, 133 personnes ont été dégagées vivantes des décombres par les équipes de secours internationales.