DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des pays africains appellent l'Europe à les aider à maintenir l'interdiction des ventes d'ivoire


Le bureau de Bruxelles

Des pays africains appellent l'Europe à les aider à maintenir l'interdiction des ventes d'ivoire

17 pays d’Afrique sont mobilisés contre les “prédateurs” qui menacent les éléphants du continent. Kenya en tête, ces pays sont venus plaider leur cause au Parlement européen. Ils demandent aux Vingt-sept de faire pression pour que le moratoire sur le commerce de l’ivoire décrété il y a trois ans ne soit pas levé. La Tanzanie et la Zambie demandent en effet à pouvoir vendre des stocks d’ivoire. Une question qui sera tranchée lors d’une conférence internationale en mars.

“De nombreux états membres de l’Union européenne sont de notre côté mais ils sont silencieux. Nous voulons qu’ils se prononcent très clairement et qu’ils disent qu’il y a beaucoup de braconnage en Afrique, que le changement climatique a de nombreux impacts négatifs qui déciment les éléphants et d’autres animaux sauvages, et qu’il faut préserver les éléphants pour les générations futures”, plaide Noah Wekesa, le ministre kenyan de la forêt et de la faune.

Le Japon et la Chine sont pointés du doigt par les défenseurs des éléphants, qui les accusent d’encourager le massacre de l’espèce en continuant à acheter de l’ivoire. Il se négocierait jusqu‘à 1.000 euros le kilo au marché noir.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Le bureau de Bruxelles

Haïti : l'impression de désunion européenne persiste