DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : la commission sur le voile intégral rend son rapport demain

Vous lisez:

France : la commission sur le voile intégral rend son rapport demain

Taille du texte Aa Aa

Le port du voile intégral ne sera pas totalement interdit en France, mais il sera banni dans certains lieux. Se promener ainsi dans la rue ne sera pas interdit, si l’on croit les mesures prônées la commission parlementaire qui présentera ses conclusions demain en France.

Les 32 élus de tous bords membres de cette commission proposent d’interdire le voile intégral dans les administrations, les services publics, notamment les transports, les hôpitaux et les écoles. Il sera interdit pour conduire. Ces mesures ne concerneront que le voile intégral : la burqa, couvrant totalement le visage, et le niqab qui laisse les yeux apparents.

Le communiste André Gérin est à la tête de cette commission parlementaire sur le voile intégral: “C’est peut-être un problème marginal, mais c’est la partie émergée de l’iceberg, derrière l’iceberg il y a une marée noire du communautarisme, de l’intégrisme, de ce qui se passe dans certains territoires de notre pays, une sorte de charia….Et ça, ce n’est pas possible. C’est complètement contradictoire avec les modes de vie, les règles de la République française.”

Les travaux de la commission ont duré six mois, elle avait été créée suite à l’intervention du président français, Nicolas Sarkozy devant le Congrès des parlementaires en juin dernier: “Nous ne pouvons pas accepter dans notre pays des femmes prisonnières derrière un grillage, coupées de toute vie sociale, privées de toute identité. Ce n’est pas l’idée que la République française se fait de la dignité de la femme.”

En France, elles ne sont que 2000 à porter le voile intégral, selon les chiffres officiels. Elles affichent leur incompréhension. “Ce n’est pas gentil de sa part de parler de ça, de dire on ne veut pas de burqa ou je ne sais pas comment ils appellent ça dans notre pays, en fait, parce que nous on est ses enfants aussi, on est français, on vit ici, il faut qu’ils nous acceptent comme on est” dit Jamila.

“Si la loi nous l’interdit, je ne peux pas faire autrement, je ne peux pas aller contre. Je préfère partir chez moi, au Maroc”, ajoute Faiza.

Pourtant, 65% de français selon le sondage publié aujourd’hui par Le Parisien, sont pour une interdiction totale, même dans la rue.