DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gestion de la grippe A : l'OMS répond devant le Conseil de l'Europe

Vous lisez:

Gestion de la grippe A : l'OMS répond devant le Conseil de l'Europe

Taille du texte Aa Aa

La menace de grippe A a-t-elle été exagérée par l’Organisation Mondiale de la Santé sous la pression des laboratoires ? Pour obtenir des réponses aux sérieux doutes soulevés par certains spécialistes et la presse, le Conseil de l’Europe a organisé une audition et interrogé le docteur Keiji Fukuda, conseiller spécial de l’OMS sur ce dossier.

“Qualifier la pandémie de fausse, c’est ignorer l’histoire récente et la science et c’est minimiser les morts de plus de 14.000 personnes et les nombreuses affections sérieuses subies par d’autres. Alors laissez-moi vous dire formellement ceci : les politiques et réponses recommandées et prises par l’OMS sur la pandémie grippale n’ont pas été indûment influencées par l’industrie pharmaceutique”, s’est défendu le docteur Fukuda.

Ce n’est pas l’avis de Wolfgang Wodarg. Épidémiologique et ancien président de la Commission santé au Conseil de l’Europe, il demande des comptes à l’OMS :
“Nous devons défendre la santé publique, et ce qui se passe c’est que des millions de personnes ont été vaccinées sans que ce soit nécessaire. Cela revient à nuire à des personnes pour faire de l’argent. Et nous ne pouvons pas tolérer une telle action de la part d’une agence aussi importante que l’OMS.”

Wodarg affirme aussi que certains experts de l’OMS ont des liens d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique, laquelle il accuse d’avoir pris des risques en utilisant dans ses vaccins des substances aux effets mal connus. A ce jour, 175 millions de doses ont été administrées dans le monde.