DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nicole Bacharan, analyste : "Barack Obama s'est focalisé sur l'emploi"

Vous lisez:

Nicole Bacharan, analyste : "Barack Obama s'est focalisé sur l'emploi"

Taille du texte Aa Aa

Nicole Bacharan historienne et spécialiste des Etats-Unis a répondu aux question d’euronews.

Fabien Farge, euronews : “Barack Obama a prononcé la nuit dernière son premier discours sur l’Etat de l’Union, un acte toujours très fort pour un président américain. Barack Obama a mis l’accent sur l‘économie et en particulier sur l’emploi, sa priorité pour 2010 ?”

Nicole Bacharan, analyste politique : “Oui c’est un président en difficulté qui a fait effectivement son premier discours sur l’Etat de l’Union, l’ambiance n’est plus du tout celle qui a suivi son élection, son arrivée au pouvoir, et la priorité c’est effectivement l’emploi. C’est là dessus qu’il est et qu’il sera jugé. Il y a plus de 10% des Américains qui sont au chômage et donc Barack Obama a mis l’accent à la fois sur les emplois. Plus d’un million d’emplois qui ont été sauvés dit-il grâce aux programmes de relance. A la fois sur les investissements publics notamment dans les infrastructures sur l‘énergie qui créeront des emplois et toutes les aides, les incitatifs fiscaux aux petites et plus grandes entreprises pour développer à la fois leur production et employer, employer davantage”.

Fabien Farge, euronews : “Alors justement, le président américain a parlé beaucoup d’emploi mais il a aussi lancé de nouveau des attaques contre les banques et contre une partie de Wall Street, est-ce que vous pouvez nous dire pourquoi il a fait cela, pourquoi ces attaques, cette offensive renouvelées contre les banques ?”

Nicole Bacharan, analyste politique : “Cette volonté de réguler les banques, elle n’appartient pas qu‘à Obama, on la voit aussi en Europe. Et elle correspond à la volonté d’Obama de montrer qu’il est proche du peuple. Car cette préoccupation populaire de voir d’un côté les gens qui ont une vie très très difficile, qui perdent leurs emplois, et de l’autre, des banques qui prospèrent grâce à l’argent public, au sauvetage public par moment, ça n’est plus acceptable. Et ça a aussi été un des signaux de mécontement des électeurs dans l‘élection du Massachusetts où les démocrates ont perdu, et où Barack Obama a perdu”.

Fabien Farge, euronews : “Barack Obama on l’a vu s’est concentré sur la politique intérieure, il a évoqué aussi la politique étrangère des Etats-Unis et le combat contre le terrorisme ainsi que l’Irak ?”

Nicole Bacharan, analyste politique : “C’est normal parce que c’est un président américain élu pour s’occuper des américains, et donc de l‘état de l‘économie, et la petite place faite à la politique étrangère montre bien où sont les priorités au moins pour se faire entendre des électeurs. Mais il ne peut pas oublier, et il n’oublie pas à l‘évidence, qu’il est aussi le commandant en chef d’un pays en guerre, avec deux guerres. Le projet de se retirer progressivement d’Irak, il a montré qu’il était en train de s’accomplir et il a rappelé son investisement encore bien plus fort en Afghanistan, il a rappelé des succès contre Al Qaeda, une implication américaine encore plus forte, au Pakistan, au Yémen, en Somalie. Donc ce n’est pas un président pacifiste, en tout cas.”