DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'aide psychologique aux enfants haitiens cruciale pour vaincre les traumatismes

Vous lisez:

L'aide psychologique aux enfants haitiens cruciale pour vaincre les traumatismes

Taille du texte Aa Aa

Dans cet hôpital de la Croix Rouge à Port-au-Prince beaucoup d’enfants sont encore sous le choc, mais parler les aide à surmonter leur détresse.
Jo, 4 ans, avait été retrouvé seul, tout nu, allongé sur les gravats de l’hôpital général deux jours après le séisme. Silencieux, il n’a commencé à parler que lorsque Magalie, une bénévole haïtienne, lui a donné un téléphone pour jouer.

“Je lui ai donné un téléphone. Est-ce que tu vas appeler quelqu’un? Il a dit: Allo? Oui, c’est Jo apporte moi des jouets, des ballons, des bonbons, des sucettes, n’oublie pas des chicos aussi. Après avoir parlé avec la personne, je lui demande: avec qui tu viens de parler? Avec ma maman. Qu’est-ce qu’elle t’a dit? Elle m’a dit qu’elle ne vient pas me chercher. Pourquoi? Parce qu’elle est morte.”

Pour soigner ces enfants psychologiquement, il faut leur montrer qu’on s’occupe d’eux sans agir comme des parents, sinon ils ne pourront pas se séparer
plus tard.

S’occuper d’eux… Jean Gabriel Damizet, médecin français, l’a fait en Haïti pendant 8 jours dans des conditions chaotiques.

“Cette jeune fille est une jeune fille qui avait une fracture du fémur, et qui pleurait, pleurait et qui avait simplement besoin, en plus de médicaments pour la douleur, de beaucoup de tendresse, explique-t-il. Alors je l’ai prise dans mes bras pendant 2, 3 heures et elle s’est endormie, et elle est restée calme, comme ça, jusqu‘à l’hôpital.”

Le docteur Damizet a aussi dû faire face à quatre accouchements d’urgence, dont deux césariennes.
“Le 4ème accouchement, non seulement, c‘était une césarienne mais c‘était une prématurée, alors on a dû se débrouiller et aller dans une salle du fond qui était normalement inaccessible, pour accèder à une couveuse et faire remarcher l’oxygène et l‘électricité. Cela nous a permis d’assurer l’accueil de cette petite prématurée dans des conditions quasi normales”.