DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : Tony Blair inflexible

Vous lisez:

Irak : Tony Blair inflexible

Taille du texte Aa Aa

Ni regret, ni excuse : c’est un Tony Blair inflexible et sûr de son fait qui s’est présenté devant la commission d’enquête sur l’Irak en Grande-Bretagne. L’ancien Premier ministre britannique a défendu son choix d’entrer en guerre aux côtés de George Bush sans ciller.

“Je pense que le monde est plus sûr sans Saddam Hussein, c‘était un monstre”. Si c‘était à refaire, je reprendrais la même décision, a déclaré en substance l’ancien locataire du 10 Downing street. Une décision qui aura pourtant mis à mal sa carrière politique.

“Il ne fait pas de doute, en ce qui me concerne mais c’est mon avis et il y en a d’autres qu’aujourd’hui nous serions confrontés à une situation où l’Irak et l’Iran seraient en compétition, pour construire des armes nucléaires, et plus encore peut-être que tout le reste, les deux pays rivaliseraient pour apporter leur soutien à des groupes terroristes”, s’est-il défendu.

Une argumentation qui peine à convaincre. Dans le même temps, à l’extérieur du bâtiment, des centaines de manifestants ont demandé que Tony Blair soit traduit devant la Cour pénale internationale de la Haye pour “crimes de guerre”.

179 soldats britanniques ont été tués en Irak. “La faute à Blair”, le “liar”, le menteur, ont clamé les familles des militaires. Elles ont attendu toute la journée les excuses de l’ancien Premier ministre, sans succès.