DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La burqa divise en Europe

Vous lisez:

La burqa divise en Europe

Taille du texte Aa Aa

Le débat sur le port du voile intégral s‘étend en Europe. En France, le premier ministre François Fillon a demandé au conseil d’Etat de se pencher sur la question et d’explorer les pistes juridiques permettant l’interdiction du port de la burqa ou du niqab dans les services publics et dans les transports. Mardi, la mission d’information de l’assemblée nationale avait remis son rapport et des recommandations allant dans le même sens.

La question fait d’ailleurs boule de neige : en Italie, la ministre de l’Egalité des chances, Mara Carfagna, a dit vouloir suivre l’initiative française. Plusieurs textes sont déjà à l‘étude mais des deux côtés des Alpes, on s’interroge sur l’intérêt de légiférer, d’autant qu’une loi italienne interdit déjà d’apparaître en public le visage masqué.

Dans la même ligne, le premier ministre danois a lui aussi déclaré que son gouvernement “ne voulait pas voir des fonctionnaires porter la burqa ou le niqab. Chaque personne doit être identifiable, que ce soit lorsqu’elle prend le bus ou lors d’un contrôle d’identité”, a indiqué Lars Lokke Rasmussen.

Mais pour cette jeune femme qui vit au Danemark, bannir le port du voile intégral dans l’espace public serait contre-productif : “pour nous qui portons le niqab, cela voudrait dire qu’on ne pourrait plus quitter la maison, cela reviendrait à nous mettre en prison”, indique-t-elle.

De Copenhague à Paris, le débat est lancé depuis plus de six mois. Mais dans l’Hexagone, il attendra encore un peu, le gouvernement souhaitant laisser passer l‘échéance des élections régionales avant de présenter un projet de loi au parlement.