DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Forum de Davos face au défi de l'éducation

Vous lisez:

Le Forum de Davos face au défi de l'éducation

Taille du texte Aa Aa

L‘éducation dans les pays pauvres figure parmi les questions majeures abordées au Forum de Davos. L’ancien président américain Bill Clinton et le président israélien Shimon Peres, entre autres, ont débattu du rôle des technologies de l’information dans l’accès au savoir. Ils ont appelé les Etats et les entreprises à investir davantage en la matière.

D’après Shimon Peres, “nos économies regardent le mauvais côté des choses, elles ne devraient pas s’intéresser au coût financier du développement, mais plutôt au boom technologique et scientifique qui en découlera. Ce ne sont pas nos porte-monnaies qui enrichissent nos cerveaux, ce sont nos cerveaux qui remplissent nos poches.”

Grâce à la magie d’internet, les responsables d’une école d’Abuja au Nigéria ont participé au débat. Mais dans les pays en développement, l’accès au web reste un privilège, comme le souligne l’un des pères de la Toile. “Actuellement, seul 20% de la planète utilise internet, rappelle le directeur du World Wide Web Consortium Thimothy Berner-Lee. Les gens pensent que c’est une chose formidable accessible à tous, mais ce n’est pas le cas.”

Accéder à l‘éducation via internet n’est pas réservé aux plus jeunes. Le web est une solution d’avenir pour la formation des adultes dans tous les domaines professionnels, notamment pour la police : il permet de disposer de données mises à jour notamment pour lutter contre le crime au niveau international.

Comme l’explique Ronald K. Noble, secrétaire général d’Interpol, “‘l’une des pistes sur laquelle travaille l’organisation consiste à créer la première Académie internationale anti-corruption : les policiers du monde entier pourront apprendre via internet comment prévenir les crimes dont la corruption.”

Face à la pauvreté, au changement climatique, à la crise financière, Davos a été l’occasion de mettre sur la table de nombreuses solutions qui passent par plus d‘éducation et de technologies. La révolution internet devrait ainsi s’amplifier dans les écoles, les ministères et les médias.