DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La vente de données bancaires fait recette

Vous lisez:

La vente de données bancaires fait recette

Taille du texte Aa Aa

Le secret bancaire suisse n’est plus qu’une légende: c’est ce que donne à penser la multiplication des fuites ces derniers mois. La dernière affaire a éclaté en Allemagne, où le fisc se voit proposer par un informateur, contre une très forte somme, une liste de 1.500 contribuables qui auraient dissimulé des fonds en Suisse.

“Généralement, au plan international, l’utilisation de données bancaires illégales est interdite, réagit la présidente de la Confédération helvétique. C’est la loi que nous suivons comme tous les Etats de droit. Mais s’il y a un nouveau métier qui consiste à vendre des données bancaires, pourquoi pas bientôt la vente de données personnelles médicales”. Le ministère allemand des Finances serait néanmoins en train d‘étudier l’offre du mystérieux informateur. “Les liens entre l’Allemagne et la Suisse, selon le ministre allemand des Finances, ne seraient pas pour autant menacés. Rien ne va arriver, dit-il, car ces liens sont stables et amicaux. Notre amitié peut supporter bien plus !”

La Suisse défend jalousement son secret bancaire mais elle a été piégée ces derniers mois par plusieurs scandales similaires. La France a notamment établi une liste de 3.000 contribuables soupçonnés de fraude grâce à des données volées par un employé d’une banque établie à Genève.