DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'étau se resserre autour des banques suisses

Vous lisez:

L'étau se resserre autour des banques suisses

Taille du texte Aa Aa

L’Allemagne veut acheter une liste de données volées concernant plus d’un millier de contribuables soupçonnés de fraude fiscale. Berlin serait prêt à débourser 2,5 millions d’euros pour ce disque qui pourrait lui en rapporter au moins 100 millions.

La chancelière allemande, Angela Merkel, s’est dite lundi “comme toute personne sensée, favorable à la répression de l‘évasion fiscale. Et dans ce but, il faut tout faire pour obtenir ces données”.

Berlin avait déjà acheté des données similaires au Liechtenstein, ce qui lui a permis de collecter jusqu‘à présent 180 millions d’euros. Inacceptable pour l’Association suisse des banquiers.

“Nous attendons du gouvernement suisse qu’il exerce son influence et dise au gouvernement allemand de ne pas acheter ces données. Nous attendons également du gouvernement suisse qu’il ne fournisse aucune aide administrative pour le partage de ces données volées”, explique le porte-parole de l’association Thomas Sutter.

Les données que l’Allemagne envisage d’acheter concerneraient HSBC. L’informateur ne serait autre que Hervé Falciani. L’informaticien franco-italien de la banque, qui aurait déjà fourni des données à la France, a démenti. Paris a pour sa part toujours refusé de parler de données volées.