DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Données bancaires dérobées : Berne joue la carte de l'apaisement

Vous lisez:

Données bancaires dérobées : Berne joue la carte de l'apaisement

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement suisse condamne la décision de l’Allemagne d’acheter des données bancaires dérobées. Tandis que l’Autriche et les Pays-Bas s’intéressent à cette liste contenant jusqu‘à 1500 noms de détenteurs de comptes en Suisse.

Le ministre des Finances Hans-Rudolf Merz a donné hier la position officielle de Berne en jouant l’apaisement, loin de la colère qui s’est propagée parmi les députés et financiers. “La situation entre les deux gouvernements, entre les deux pays, est une bonne situation. Il ne faut pas la mettre en danger. Cela ne sert à rien, ni pour l’Allemagne, ni pour la Suisse”.
Berne se tourne vers le nouvel accord fiscal qu’il espère conclure avec Berlin d’ici fin mars.
“La solution à la fin serait d’avoir un accord de double imposition selon le modèle de l’OCDE”, a souligné Merz.

L’Allemagne, qui souhaiterait récupérer 100 millions d’euros grâce à la fameuse liste, a invité les fraudeurs du fisc à se dénoncer.
Mercredi, les autorités néerlandaises et autrichiennes ont dévoilé leur intérêt pour ces données bancaires controversées. Les Pays-Bas disent avoir déjà récupéré plus de 2 milliards d’euros auprès de 8000 évadés fiscaux repentis.