DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les conspirations militaires continuent d'agiter la Turquie

Vous lisez:

Les conspirations militaires continuent d'agiter la Turquie

Taille du texte Aa Aa

Dix-neuf suspects, officiers de marine et retraités de l’armée, seront jugés en avril et en mai pour avoir planifié des attentats à la bombe contre des intérêts civils, et pour détentions d’engins explosifs et de munitions.

Neuf d’entre eux sont également accusés d’avoir projeté d’assassiner deux hauts gradés de la Marine “afin de plonger la Turquie dans le chaos et de provoquer un coup d’Etat de l’armée contre le gouvernement turc”, dont le parti est issu de la mouvance islamiste.

Ces hommes appartiendraient au réseau “Ergenekon”, un groupe criminel qui aurait pour objectif de renverser l’AKP. Tout comme le lieutenant-colonel Mustafa Donmez qui a été condamné vendredi à quatre ans de prison par un tribunal militaire et expulsé de l’armée pour trafic et cache d’armes.

C’est dans ce contexte délicat que les autorités turques et l’armée ont aboli le protocole sur la sécurité « EMASYA ». Datant de 1997, ce protocole permettait aux instances militaires d’intervenir n’importe où, d’organiser des opérations et des activités de renseignements dans les villes sans l’accord préalable des autorités civiles.

L’abolition de ce protocole qui sépare mieux les droits et devoirs de l’armée et des autorités civiles est un pas en avant en direction de l’Union européenne. Candidate à l’intégration, la Turquie est critiquée par l’Union pour la forte influence des forces armées dans la vie politique.