DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Europe des 27 fait pression sur la Grèce pour des mesures d'urgence supplémentaires

Vous lisez:

L'Europe des 27 fait pression sur la Grèce pour des mesures d'urgence supplémentaires

Taille du texte Aa Aa

Les ministres de finances de l’Union européenne, réunis mardi à Bruxelles au sein de l’Ecofin, ont donné à la Grèce jusqu’au 15 mai pour prendre des mesures urgentes supplémentaires afin de réduire son déficit budgétaire.

Plus précisément, l’Ecofin appelle le gouvernement Papandreou à définir dès que possible des mesures spécifiques couvrant les salaires, la réforme des retraites, la réforme de la santé, la fonction publique et la croissance de l’emploi.

“Des représentants de la Commission vont se rendre sur le terrain à Athènes dans les prochains jours, cette semaine ou la prochaine, a affirmé mardi le finlandais Oli Rehn, le nouveau commissaire européen aux affaires économiques et monétaires. Ils seront accompagnés des experts de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, pour vérifier la mise en place et les premiers résultats des mesures prises par le gouvernement grec”.

En outre, dès le 16 mars, selon le communiqué publié par les 27, la Grèce devra présenter un calendrier de mise en oeuvre des mesures budgétaires de 2010.

“Je pense que la Commission européenne adopte la bonne méthode en exigeant plus de discipline budgétaire de la part de la Grèce, affirme Oliver Roth, analyste chez Close Brothers Seydler Bank à Francfort. Ce plan d’austérité est ambitieux mais nécessaire. La mise en place de ce plan représente pour la Grèce un travail de Titan”.

La Commission européenne a demandé des explications à la Grèce suite à un article du New York Times selon lequel des banques de Wall Street comme Goldman Sachs ont utilisé des instruments complexes, comme ceux qui ont été à l’origine de la crise financière américaine, pour aider la Grèce à dissimuler l’ampleur de
sa dette au début des années 2000.

En Grèce, le climat social reste très tendu : les douaniers grecs sont en grève pour trois jours depuis mardi, ce qui explique les files d’attentes aux pompes à essence.