DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le meurtre de Dubaï et la haute voltige diplomatique des 27

Vous lisez:

Le meurtre de Dubaï et la haute voltige diplomatique des 27

Taille du texte Aa Aa

Dans l’affaire de Dubai, les ministres européens des Affaires étrangères, réunis ce lundi, ont réussi, d’abord, à dénoncer l’assassinat, à savoir le meurtre de sang-froid d’un chef du Hamas. Ensuite, s’insurger contre la méthode (le recours à de faux passeports utilisant l’identité de vrais citoyens européens). Et le tout, sans citer de nom.

Tout le monde sait qu’Israël est vraisemblablement derrière cet assassinat, mais personne n’a mis en cause l’Etat hébreu.

“Les responsables européens sont tous préoccupés”, assure David Miliband, le chef de la diplomatie britannique. Selon lui, “la déclaration formulée à l’issue des discussions reflète la profonde préoccupation des ministres européens des affaires étrangères au sujet de cet assassinat. Il est essentiel que les relations entre les Etats soient fondées sur des bases claires et transparentes. Il est important également de dire qu’Israël, pluss encore que tous les autres pays, a tout intérêt à ce que règnent, au Proche-Orient, les règles de l‘état de droit. Et c’est pourquoi je pense qu’il est bon de faire remonter cela jusqu’au plus haut niveau en Israël, et de demander à l’Etat hébreu sa pleine coopération dans l’enquête”.

Ce message a été transmis au chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, en visite ce lundi à Bruxelles. L’homme s’est retranché derrière la position officielle de son gouvernement à savoir : “rien ne prouve qu’Israël soit mêlé à cette affaire”.