DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Andrew Finkel, journaliste : "les militaires ont été très actifs pour tenter d'affaiblir le gouvernement de l'AKP"

Vous lisez:

Andrew Finkel, journaliste : "les militaires ont été très actifs pour tenter d'affaiblir le gouvernement de l'AKP"

Taille du texte Aa Aa

La vague d’arrestations qui a eu lieu en Turquie est sans précédent dans l’histoire récente du pays. Pas seulement en nombre de militaires arrêtés, mais aussi à un si haut niveau dans la hiérarchie. Certains commentateurs estiment qu’il y a encore un an, le pouvoir des militaires était si fort qu’une telle opération aurait été impossible.

Jon Davies (euronews) : “Est-ce que ces arrestations s’expliquent par la lutte entre le parti AKP et les laïcs, ou l’explication est autre ?”

Andrew Finkel : “Si vous posiez la question au procureur de la Cour de justice, il vous répondrait que ces arrestations sont légitimes. Un grand nombre de documents ont été présentés devant la Cour. Ces documents montrent que des hauts gradés étaient impliqués dans la préparation d’un effroyable coup d’Etat contre l’actuel gouvernement”.

Jon Davies (euronews) : “Et le parti AKP au pouvoir devait agir face à ce complot, également pour avancer vers l’adhésion à l’Union européenne !”

Andrew Finkel : “Oui, c’est l’un des obstacles sur le chemin, et il y en a beaucoup… Le problème, c’est que les militaires ont toujours profité d’une position privilégiée dans la vie politique turque. Ils se présentent depuis longtemps comme les gardiens incontournables du pays. Les arrestations sont un signe, cela ne va plus durer longtemps”.

Jon Davies (euronews) : “C’est un pas vers la fin de la puissance militaire ? Il y a eu quatre coups d’Etat en Turquie depuis 1960. Pensez-vous que c’est une tentative pour couper les ailes aux généraux ?”

Andrew Finkel : “Oui, c’est certainement le cas. Il n’y a pas que les coups d’Etat, car durant ces dernières années, les militaires ont aussi été très actifs pour tenter d’affaiblir le gouvernement de l’AKP. Ils ont constitué des dossiers, critiqué ce gouvernement y compris sur internet, et ils ont essayé d’organiser une résistance populaire. Clairement, ils n’aiment pas l’AKP et cette fois, le pouvoir turc riposte. Il leur dit: vous violez les lois, alors vous allez payer le prix ! Ce qui est inhabituel, ce n’est pas une enième tentative de coup d’Etat, mais que ses auteurs présumés soient poursuivis pour cela”.