DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie: interrogatoires en cours après l'arrestation de militaires

Vous lisez:

Turquie: interrogatoires en cours après l'arrestation de militaires

Taille du texte Aa Aa

Ils sont une quarantaine a avoir été arrêté ce lundi. Tous doivent répondre devant la justice de leur implication présumée dans un complot visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir en Turquie.

Parmi les personnes interpelées l’ex-commandant de l’armée de l’air et celui de la marine.
Ce coup de filet est l’un des plus importants dirigé contre l’armée dans l’histoire du pays.

Selon les médias turcs ces militaires sont accusés d’avoir participé à un plan baptisé “massue”.
Ce plan aurait eu pour objectif, via des bombes dans des mosquées, de déstabiliser le gouvernement en place.

Ces arrestations viennent allonger une longue liste d’enquêtes déjà en cours sur d’autres tentatives de coups d’Etat.

Autant d’histoires que certains considèrent comme une avancée démocratique en Turquie alors que d’autres les présentent comme un moyen, pour le gouvernement, de museler l’opposition laïque.

Une opération qui aurait consisté, toujours selon la presse turque, à semer le chaos dans le pays via des bombes dans des mosquées pour destabiliser le gouvernement en place.

es arrestations s’inscrivent dans le cadre d’une l’enquête sur un complot présumé contre le gouvernement et le parti du premier ministre de Recep Tayyip Erdogan. Ce plan baptisé massue aurait eu pour objectif de déstabiliser le gouvernement issu de la mouvance islamiste.

Révélé par un journal en janvier, le plan baptisé Balyoz (marteau de forge) aurait eu pour objectif de déstabiliser le gouvernement issu de la mouvance islamiste.
Des attentats contre des mosquées auraient été envisagés et un incident aérien entre la Turquie et la Grèce aurait été programmé.

Des informations sur plusieurs complots présumés contre le gouvernement, remontant à 2003 et 2004, ont été révélées par la presse, provoquant une série de procédures judiciaires qui ont attisé les tensions entre les partisans du gouvernement, accusé d’avoir un plan dissimulé d’islamisation du pays, et ses opposants laïcs.

MM. Firtina et Örnek avaient été entendus en qualité de suspects en décembre à Istanbul par les procureurs qui instruisent différentes enquêtes pour complot sous la bannière de l’affaire Ergenekon, un réseau qui aurait cherché à provoquer un putsch militaire.

Selon les médias turcs ils sont accusés d’avoir participé au plan dit “massue”. Cette opération
aurait consisté à semer le chaos dans le pays via des bombes dans des mosquées pour destabiliser le gouvernement en place.
Ils sont également soupçonnés, toujours selon la presse turque, d’avoir voulu abattre l’un de leurs avions militaires pour provoquer un conflit armé avec la Grèce et déstabiliser ainsi le gouvernement turc.

L’armée nie tout en bloc.

Ces arrestations viennent allonger une longue liste d’enquêtes déjà en cours sur d’autres tentatives de coups d’Etat. C’est le cas notamment de l’affaire Ergenekon. Journalistes, avocats, militaires, universitaires, près de 200 personnes sont jugées depuis 2008 dans cette affaire.
Une histoire que certain considèrent comme une avancée démocratique en Turquie alors que d’autres la présentent comme un moyen, pour le gouvernement, de museler l’opposition laïque.