DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mobilisation pour instaurer un moratoire universel contre la peine de mort

Vous lisez:

Mobilisation pour instaurer un moratoire universel contre la peine de mort

Taille du texte Aa Aa

En matière de peine capitale, les 200 pays de la planète ne jouent pas la même partition. Réunies ce mercredi à Genève en Suisse, des centaines de personnes ont commencé à se pancher sur l‘élaboration de stratégies communes dans le cadre du 4ème Congrès mondial contre la peine de mort. Parmi elles, le chef du gouvernement espagnol, dont le pays préside l’Union européenne, et des représentants d’organisations nationales et internationales.

“Malheureusement, il y a toujours beaucoup d’endroits au monde où l’on continue d’appliquer la peine de mort, a déclaré José Luis Zapatero. Il faut continuer à travailler, à réunir tous nos efforts jusqu‘à obtenir son éradication universelle. Au sein des Nations unies, nous allons agir en faveur de l’approbation d’une nouvelle résolution de l’Assemblée générale, à la fin de cette année sur l’instauration d’un moratoire sur la peine de mort.”

La peine de mort recule, certes, dans le monde. En 1977 seuls 16 pays étaient abolitionnistes. Aujourd’hui, ils sont 95. Ils ont aboli la peine capitale pour tous les crimes. Les derniers pays à l’avoir fait sont le Togo, le Burundi et l’Argentine.
D’autres pays l’ont aboli pour les crimes de droit commun seulement.
D’autres encore sont des abolitionnistes en pratique. C’est-à-dire qu’ils conservent la peine capitale dans leur législation mais ne la pratiquent plus depuis 10 ans.
Enfin, ceux qui appliquent la peine de mort, et que l’on appelle les rétentionistes sont encore 58.
Et parmi eux, seuls 5 concentrent 93% des exécutions dans le monde : à savoir, la Chine, l’Iran, le Pakistan, l’Arabie Saoudite et les Etats unis.

Le record est détenu par la République populaire de Chine où plus de 7000 condamnations à mort ont été prononcées l’an dernier. Depuis 2007 et l’obligation de la confirmation de la sentence par la Cour suprême, la situation évolue et le système montre des signes de changement. De signes nettement plus visibles aux Etats-unis, seule nation du continent américain à procéder régulièrement à des exécutions. Mais depuis les années 90, elles n’ont cessé de diminuer. 13 états américains ont aboli la peine de mort. La population en général y reste majoritairement favorable.

Pointant du doigt le caractère “cruel, inhumain et dégradant” de la peine de mort, l’organisation Amnesty International soulignait déjà en 2007 que “plus les pressions en faveur d’un moratoire universel augmentent, plus le nombre d’exécutions diminue”.