DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

De nouvelles directives pour clarifier la loi sur le suicide assisté en Grande Bretagne

Vous lisez:

De nouvelles directives pour clarifier la loi sur le suicide assisté en Grande Bretagne

Taille du texte Aa Aa

Doit-on poursuivre ceux qui aident les personnes souffrantes à mettre fin à leurs jours ?

A cette question le Parquet britannique a donné hier une série de directives qui permettent de définir s’il s’agit ou non d’un suicide assisté.

Tout est parti du cas de Debbie Purdy examiné en appel. Atteinte de sclérose en plaque, elle craint que son mari soit poursuivi s’il l’aide à mourir.

“C’est un grand pas, dit-elle. En fait nous avions une législation depuis 1961 et aujourd’hui on a une interprétation de cette loi qui est plus vieille que moi”.

Des poursuites ne pourront être engagées si la victime précise clairement qu’elle souhaite mourir. Le suspect lui ne doit pas avoir agi dans son propre intérêt.

Mais ces directives ne satisfont pas Margie Woodward. Cette femme lourdement handicapée nous explique que les personnes dans son cas vont penser maintenant que “leur vie ne vaut pas la peine d‘être vécue”.

En clarifiant la loi sur le suicide assisté, le Parquet a bien précisé que cela n’ouvre pas la voie à l’euthanasie en Grande-Bretagne.

Mais le débat n’est probablement pas clos…