DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Contrefaçon dans la mode : Santo Versace lance un appel à Bruxelles

Vous lisez:

Contrefaçon dans la mode : Santo Versace lance un appel à Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Les défilés s’enchaînent à Milan en Italie comme si de rien n‘était, malgré les dégâts de la crise et de la contrefaçon.

La semaine de la mode est entrée dans le vif du sujet avec une vingtaine de collections présentées ce vendredi : le jour le plus dense en évènements et en personnalités, comme Anna Wintour, la très influente rédactrice en chef du magazine américain Vogue.

Mais loin des podiums, les motifs d’inquiétude sont nombreux. Alors que les ventes ont chuté l’an dernier de 16% dans l’industrie de la mode en Italie, beaucoup incriminent la contrefaçon.
Pour enrayer le phénomène, certains comme Santo Versace, le président d’Altagamma et de Versace, en appellent à l’Union européenne.

“La Commission européenne, le Parlement européen, dit-il, ont le devoir de tenir un discours transparent. Si on vous dit que quand vous achetez un produit contrefait, vous alimentez l‘économie souterraine, la fraude fiscale, le travail des enfants et le crime organisé. Je pense alors que vous aurez honte d’acheter un produit contrefait.”

Dans l’ombre des grandes marques, la contrefaçon dont la mode représente 60% des produits génère un chiffre d’affaires de 7 à 8 milliards d’euros par an en Italie.
Le secteur constitue aussi un important manque à gagner pour l’Etat italien.