DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Devant le TPI, Karadzic défend "la cause juste et sacrée de sa nation"

Vous lisez:

Devant le TPI, Karadzic défend "la cause juste et sacrée de sa nation"

Taille du texte Aa Aa

Radovan Karadzic a commencé à présenter sa ligne de défense devant le tribunal pénal international, chargé de juger les crimes perpétrés dans l’ex-Yougoslavie au début des années 90.

Après avoir boycotté cet automne l’ouverture de son procès, Radovan Karadzic est venu répondre des onze chefs d’accusation pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide dont il fait l’objet.

Il a commencé par déclarer qu’il “défendrai sa nation et sa cause qui est juste et sacrée”. Pour lui, il n’a fait que répondre aux provocations des autres.

Radovan Karadzic, ancien président de l’entité autoproclame de Republika Srpska, chef du parti démocratique serbe et commandnat suprême de l’armée des serbes de bosnie est l’un des accusés occupant le plus haut rang parmi les personnes qui comparaissent devant le TPI.

Allié à Slododan Milosevic et au général Ratko Mladic, qui est toujours en fuite, Radovan Karadzic voulait libérer la Bosnie de ses éléments non-serbes et créer une grande Serbie.

C’est son rôle dans la guerre en Bosnie entre 1992 et 1995 qui va être jugé, une guerre qui a fait 100.000 morts et 2.200 000 déplacés.

L’accusation va notamment se pencher sur le siège de Sarajevo qui a fait 10.000 morts et son rôle dans les massacres de Srebrenica de l‘été 95 où près de 8000 musulmans de sexe masculin ont été séparés de leur femme et des vieillards, puis tués et jetés dans des fosses communes.