DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le pro-russe Viktor Ianoukovitch promet une Ukraine proche de l'Europe


Le bureau de Bruxelles

Le pro-russe Viktor Ianoukovitch promet une Ukraine proche de l'Europe

Venu à Bruxelles pour son premier déplacement à l‘étranger, le nouveau président ukrainien Viktor Ianoukovitch a voulu rassurer les Vingt-sept. Mais il attend des gestes d’encouragement, notamment sur la question des visas.

“Nous espérons avoir une chance de poursuivre notre travail sur la liberté de voyager en Europe sans visa et nous avons convenus que la feuille de route devrait être conclue au plus vite, dans le courant de cette année”, a-t-il déclaré.

Quant à savoir si cette ancienne République soviétique peut espérer adhérer à l’Union européenne, c’est encore trop tôt pour le dire, a tempéré Bruxelles, appelant Kiev à se concentrer sur les réformes.
Parmi les réformes les plus attendues côté européen, celle du secteur gazier. Les rapports houleux entre Kiev et Moscou ont parfois perturbé l’afflux du gaz russe, via l’Ukraine, vers l’Europe et Viktor Ianoukovitch s’est engagé à garantir les livraisons.

“C’est sûr que Ianoukovitch, à la fois en terme électoral, en terme d’implantation régional et en terme de pratique linguistique, est plus proche de la Russie, ça c’est un fait”, explique Aude Merlin de l’Université Libre de Bruxelles. “En même temps, on sait qu’autour de lui, parmi les forces économiques, par exemple Rinat Akhmetov, l’un des oligarques qui financent le parti, il y a des personnes qui ont besoin de l’ouverture à l’Occident et de l’ouverture tant au marché européen que vers l’Union européenne.”

Européens et Ukrainiens ont d’ailleurs l’intention de mettre les bouchées doubles pour boucler un accord d’association qui prévoit à terme le libre-échange. Entre giron russe et appel de l’Ouest, l’Ukraine se ménage un équilibre, aussi précaire soit-il.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Danube : une bonne stratégie de développement profiterait à 115 millions d'européens