DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les renforts militaires ne parviennent pas à faire cesser les pillages au Chili

Vous lisez:

Les renforts militaires ne parviennent pas à faire cesser les pillages au Chili

Taille du texte Aa Aa

Ambiance de guerre civile dans les rues de Concepción, au Chili.

Malgré le déploiement de tanks et de milliers de militaires pour faire face au chaos qui s’est emparé de la ville, les scènes de pillages se sont multipliées.

Plusieurs hommes soupçonnés d’avoir mis à sac un supermarché ont été forcés à se coucher sous la menace d’une arme. Pour c’est désormais un acte banal pour la majorité des habitants, condamnés à trouver de la nourriture et de l’eau par leurs propres moyens.

2 jours après le séisme qui a dévasté une grande partie de la ville, rien ne semble les dissuader d’avoir recours au pillage.

“J’avais besoin de couches, j’en ai trouvées mais je n’ai pas pu sortir avec du supermarché, raconte une habitante.

-Est-ce que vous allez réessayer, lui demande un journaliste ?

-Oui.”

La désolation aussi dans les rues de Talcahuano, ville de pêcheurs, située plus près encore de l‘épicentre du séisme d’il y a deux jours, et envahie par un tsunami qui a tout emporté sur son passage.

“On ne vit pas seulement de nourriture et d’eau, nous avons d’autres besoins, raconte une rescapée. Nous vivons ici et devons nous relever encore par nos propres moyens, nos maris sont pêcheurs, que va-t-il nous arriver maintenant ?”

80% des habitants de Talcahuano sont désormais sans foyer, alors chacun tente de rassembler ce qui peut encore être sauvé au milieu des débris, avant de quitter la ville par la route.

Plus de 720 personnes ont trouvé la mort dans la catastrophe.