DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toujours des lenteurs dans la distribution de l'aide au Chili

Vous lisez:

Toujours des lenteurs dans la distribution de l'aide au Chili

Taille du texte Aa Aa

Les premiers secours parviennent enfin à Dichato, 3 jours après le raz-de-marée qui s’est abattu sur cette ville de pêcheurs de la côte chilienne. Alors certains ont bien du mal à contenir leurs pleurs. Dans cette ville, ce n’est pas le terrible séisme de dimanche mais bien les vagues géantes surgies par la suite, qui ont causé le plus de dégâts, emportant presque tout sur leur passage.

A Concepción, sévèrement frappée par le séisme, la situation commence à se stabiliser. L’arrivée massive de militaires pour mettre un terme aux pillages a permis un acheminement plus rapide de l’aide gouvernementale, parvenue par hélicoptères et par bateaux.

Une aide qui se fait toujours attendre à Los Pellines.

“Aucun membre du gouvernement n’est venu ici, raconte un habitant, pas même pour nous donner des médicaments pour soulager la douleur ni pour nous dire “soyez patients, nous allons vous aider.” Rien, personne n’est arrivé, aucun membre du gouvernement. Certaines personnes sont venues, mais pas du gouvernement”

En plus du littoral, d’autres villes situées dans le centre du pays ont elles aussi payé un lourd tribut, à l’image de Talca, située à 300 kilomètres au sud de la capitale Santiago.

L‘église est tombée en ruines et une partie du centre historique a été ravagée. Alors, les pompiers vérifient chacun des édifices, et marquent ceux susceptibles de s’effondrer à tout moment. Une perspective que les habitants espèrent éviter à tout prix.

La catastrophe aurait causé la mort d’environ 800 personnes, selon un dernier bilan. Sans parler des 2 millions de sinistrés.

Pour certains rescapés de Concepción, il ne reste plus désormais que des prières.