DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : voter, malgré la peur, dans l'espoir d'un changement

Vous lisez:

Irak : voter, malgré la peur, dans l'espoir d'un changement

Taille du texte Aa Aa

Le dépouillement des votes a commencé en Irak.
On comptabilise les bulletins de ceux qui ont voté en avance jeudi, les policiers, les prisonniers et les malades. Ils ont participé à ce scrutin avant tous les autres électeurs, ces législatives sont les deuxièmes organisées depuis la chute de Saddam Hussein en 2003. Vote anticipé aussi pour les Irakiens expatriés, en Syrie vivent près d’un million de réfugiés. Cette élection est un test pour la jeune démocratie de l’Irak, un pays que les troupes étrangères quitteront fin 2011.

“Honnêtement je n’ai pas voté pour les dernières élections, explique Shada Najib, depuis Damas, parce que selon moi c‘était voué à l‘échec, mais cette fois je sens un changement, et ceux qui sont unis sont ceux qui vont apporter de bonnes choses.”

De bonnes choses, l’Irak en a besoin car la violence redouble à la veille de ces élections. Les terroristes d’al Quaìda ont promis d’empêcher les gens de voter. L’attentat de Nadjaf ce matin a fait quatre morts et plus de 50 blessés.

Pour prévenir ces attentats et toute intimidation, les forces de sécurité sont déployées en masse, particulièrement autour des bureaux de vote, cibles privilégiées de terroristes qui ont tué près de 50 personnes ces jours derniers.