DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Deuil, recueillement et colère au Nigéria après les violences meurtrières dans le centre du pays

Vous lisez:

Deuil, recueillement et colère au Nigéria après les violences meurtrières dans le centre du pays

Taille du texte Aa Aa

Le village chrétien de Dogo Nahawa a enterré des dizaines de femmes et enfants, massacrés lors des tueries intercommunautaires qui ont fait au moins 500 morts le week-end dernier. Des fosses communes ont été creusées et les alentours du village ont été transformés en cimetière de fortune.

Dogo Nahawa a payé le plus lourd tribu à ce carnage qui marque une vraie rupture au Nigéria selon ce prêtre : “Depuis des années, les gens vivaient ensemble et en paix même après les violences de 2001 mais depuis la récente crise du 17 janvier on ne sait plus ce qui se passe dans cette province de Jos, tout a emporté par les violences”.

Les victimes sont des chrétiens berom, une ethnie de fermiers sédentaires. Ces chrétiens ont été tués par des éleveurs nomades musulmans de l’ethnie fulani. Une attaque coordonnée et organisée selon de nombreux témoignages.

La région reste sous tension et le président par intérim Goodluck Jonatha a placé l’armée en état d’alerte maximum depuis dimanche soir.