DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

11-M: Madrid se souvient

Vous lisez:

11-M: Madrid se souvient

Taille du texte Aa Aa

Un voyage douloureux ce jeudi matin pour des milliers de Madrilènes. Six ans après les attentats du 11 mars, des familles des victimes sont allées fleurir les gares en mémoire des 193 personnes tuées par les bombes des terroristes islamistes.

Ici, à Santa Eugenia, 16 personnes sont mortes.
Ces bouquets de fleurs blanches vont rester quelques jours sur ces bancs en souvenirs d’elles.

Les hommages se sont succédés dans les gares d’El Pozo et d’Atocha où a été érigé ce Mémorial. L’association des victimes du terrorisme s’y trouvait. Sa présidente, Pilar Manjon, a tenu un discours émouvant:
“Tout le monde aurait pu être à ma place, tout le monde aurait pu avoir à regretter l’absence d’un fils de 20 ans. Tout le monde aurait pu aller à son travail ce jour-là, et six ans après continuer à attendre cet être cher.”

Le 11 mars 2004, vers 7h30 du matin, en pleine heure de pointe, dix bombes ont éclaté dans quatre trains en l’espace de quelques minutes.
C’est l’attentat terroriste le plus brutal de toute l’histoire de l’Espagne: 193 personnes sont mortes, près de 2.000 ont été blessées.
Au final, en 2008, la justice espagnole a condamné 18 personnes. Trois d’entre elles ont écopé de milliers d’années de prison.

Dans les jours et les mois qui suivirent les attentats, dans un élan de deuil national, des centaines de personnes ont spontanément laissé bougies, fleurs, cartes, poèmes, messages, photos, peluches sur les lieux du drame.
Témoins du traumatisme collectif, ces objets ont été conservés par le conseil supérieur de recherche scientifique.

“Parmi eux, il y a des rideaux, explique une sociologue. On voit qu’ils ont été arrachés, que les gens les ont pris chez eux et utilisés comme support pour écrire ces mots: paix, amour, et ce ne sont pas seulement ces mots qui comptent mais tout l’ensemble”.

Plus de 70.000 piéces ont été répertoriées pour constituer les “Archives du deuil”. Elles vont être confiés à la bibliothèque des chemins de fer espagnols. Le 11 mars est devenue la journée européenne des victimes du terrorisme.