DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Proche-Orient : l'affaire Ramat Shlomo jette un froid entre Israël et les Etats-Unis

Vous lisez:

Proche-Orient : l'affaire Ramat Shlomo jette un froid entre Israël et les Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

Voici la colonie juive radicale de Ramat Shlomo situé dans le secteur à majorité arabe de Jérusalem-Est. L’annonce du feu vert pour la construction de 1600 nouveaux logements juifs dans ce bout de Cisjordanie occupé a provoqué la colère des palestiniens et une crise diplomatique entre les Etats Unis et Israël.

Car cette annonce coïncide avec la visite du vice-president des Etats Unis Joe Biden. Les américains venaient d’obtenir l’accord de la Ligue Arabe pour mener des négociations indirectes entre palestiniens et israéliens.

La situation est des plus embarassantes pour Joe Biden, mais selon

Eli Yishai, le ministre de l’interieur israelien et president de l’ultra-orthodoxe parti Shas, il ne s’agit que d’une malheureuse coïncidence : “Le comité régional donne son approbation initiale à des projets, ou approuve des plans d’une manière continue et régulière. Le projet de Ramat Shlomo est en préparation depuis des années et aujourd’hui il a été approuvé”.

Mais pour les Palestiniens, il n’y a rien d’innocent dans cette annonce. Hanan Ashrawi, du comité executif de l’OLP : “Les mesures délibérées d’Israël pour étendre les activités de colonisation, à poursuivre la construction de colonies illegales dans et autour de Jérusalem, toutes ces choses sont conçues pour miner les efforts des américains pour relancer toute sorte de pourparlers”.

Selon la feuille de route de 2003, Israël doit geler l‘élargissement des colonies juives, une position initiallement soutenue par le President Obama. Mais en octobre dernier, Washington a revu ses exigeances à la baisse.

“Les détails que vient de donner le Premier ministre Netanyahu pour limiter la politique de colonisation, comme aucune nouvelle mise en chantier, est sans précédent dans le contexte des négociations antérieures”, déclarait alors Hillary Clinton.

Quelques semaines plus tard le gouvernement israelien annonçait un gel partiel de l’expansion des colonies, pour ainsi faciliter la reprise de negotiations : “Aujourd’hui mon cabinet a autorisé le politique de retenue concernant les colonies, qui inclus la suspension des nouveaux permis et des nouvelles constructions en Judée et en Samarie pour une période de dix mois”.

Après le feu vert donné à Ramat Shlomo, Joe Biden a montré son mécontentement en faisant attendre Netanyahu pendant 90 minutes mardi soir lors d’un dîner privé. Enfin même si le Premier ministre israélien a presenté des excuses sur la forme, pour une annonce innoportune, il a préféré se taire sur le fond de l’affaire.