DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Espagne ou l'histoire d'un autre désenchantement

Vous lisez:

L'Espagne ou l'histoire d'un autre désenchantement

Taille du texte Aa Aa

Dans ce marché madrilène, il est de plus en plus difficile pour les Espagnols de remplir leur panier. Le prix du célèbre jambon serrano ou de la tomate a doublé depuis l’arrivée de l’euro :

“Ca a changé. Les gens, avec l’euro, font attention, et du coup, ils consomment beaucoup moins”, déplore un marchand.

“Tout est beaucoup plus cher. L’eau, l‘électricité, le téléphone, les transports, tout”, s’exaspère une cliente.

Dans le secteur de l’immobilier, l’euro a joué un rôle important. Les banques espagnoles ont profité de cette nouvelle monnaie pour proposer des crédits très attrayants.

Beaucoup d’Espagnols, comme Beatriz, ont alors décidé d’acheter. Mais avec la crise, et un emploi précaire dont le salaire n’est que de 300 euros par mois, elle ne s’en sort plus.

“En Espagne, nous nous sommes beaucoup endettés ces dernières années pour acheter des maisons, des voitures, pour voyager, faire du tourisme. Et cette dette, logiquement, il faut bien la payer”, explique Rafael Pampillon, professeur d‘économie.

C’est précisément pour pouvoir rembourser son crédit que Beatriz est retournée vivre chez ses parents.
“Tant que je n’aurai pas retrouvé un travail stable, avec un salaire décent qui me permette de rembourser mon crédit, je ne pourrai pas être indépendante”, se lamente-t-elle.

Beatriz n’est pas la seule à devoir se serrer la ceinture. Avec un déficit record de 11,4% du PIB, l’Etat espagnol va mettre en place un plan d’austérité à partir du mois de juillet.