DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marc Touati : l'euro est en danger

Vous lisez:

Marc Touati : l'euro est en danger

Taille du texte Aa Aa

euronews : “Nous sommes avec Marc Touati, Directeur Général de Global Equities. Monsieur Touati, Bonjour.
Le titre de notre édition spéciale est «L’euro est-il en danger ? » Quelle serait votre réponse à cette question ?”

Marc Touati : “Eh bien malheureusement, la réponse est oui. Tout à fait, aujourd’hui, l’euro est bien en danger, parce qu’on a laissé une situation déjà difficile s’installer, empirer avec le temps. Alors il ne faut pas mettre uniquement cela sur le dos des spéculateurs, comme on le fait trop souvent, la spéculation a toujours un mobile objectif, ce n’est qu’une conséquence des erreurs des politiques économiques qu’on a fait depuis des années.”

euronews : “Très bien, mais du coup les spéculateurs ont en quelque sorte fait le jeu des politiques ou du moins ont amené les politiques à réagir, parce qu’on parle maintenant d’un Fond monétaire européen.”

Marc Touati : “Bon, ça, il faut être très prudent. Je pense que bien entendu la crainte que l’on a aujourd’hui, c’est que la Grèce claque la porte et aille voir le FMI, ce qui serait évidemment un échec cuisant pour l’Union européenne. Plus qu’un Fond monétaire européen, il faut surtout des dirigeants politiques, monétaires qui soient responsables et responsabilisés. C’est surtout par ça que ça passe aujourd’hui : restaurer la possibilité pour la zone euro de faire de la croissance, parce qu’on l’a vu récemment en France, 69% des français regrettent le franc. Alors pourquoi un tel résultat, ce n’est pas tellement qu’ils n’aiment pas l’euro, c’est parce que depuis que l’on a crée l’euro, finalement, on ne réussit plus à faire de la croissance forte.”

euronews : “ Mais quelle serait une première décision justement pour relancer la croissance dans la zone euro et dans l’Union européenne d’une façon plus générale?”

Marc Touati : “Deux décisions à prendre aujourd’hui pour stopper l’hémorragie. Un, il faudrait que la BCE baisse ses taux d’intérêts à 0.5% au niveau de la banque d’Angleterre, et même vous savez que la Federal Reserve est à 0.25%, donc à 0.5% on serait même encore au-dessus. Ce serait une première mesure à prendre. Et deuxièmement, créer au plus vite un véritable gouvernement, du moins les prémices d’un gouvernement européen qui pourrait dire par exemple aujourd’hui “l’euro est trop fort” et donc donner un signal clair au marché pour faire baisser l’euro vers les niveaux de 1.20, de 1.15, qui sont je vous le rappelle des niveaux d‘équilibre de la devise européenne. Voilà des mesures très fortes à prendre.”

euronews : “Vous parlez d’un gouvernement économique européen, mais l’Allemagne est totalement opposée à cette solution.”

Marc Touati : “Et bien voilà, tout le problème est là malheureusement. C’est ce qui d’ailleurs a mis le feu aux poudres dans cette crise, c’est que justement l’Allemagne disait : quoi qu’il arrive, on est là, on sauvera la Grèce, on évitera les difficultés pour tel ou tel pays. Sauf que là, de la bouche même d’Angela Merkel, fin 2009 et début 2010, on nous a dit que la Grèce devait se débrouiller et c’est ça qui a ouvert la boîte de Pandore du risque de défaut de la Grèce, et qui a effectivement incité les spéculateurs à s’engouffrer dans la brèche. Donc tout le problème que nous avons aujourd’hui est que l’Allemagne dit stop, elle n’est plus prête à payer pour tous, et du coup, bien entendu, on sera obligés d’y mettre du sien, de faire des vraies réformes, il n’y a pas que l’Allemagne qui doit faire des réformes. Nous aussi, Français, Italiens, Grecs, on doit faire ces réformes que l’on refuse de faire et c’est pourquoi tant qu’on n’y arrivera pas, la zone euro sera bancale, et sera finalement peu crédible sur la scène internationale.”