DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Traquer Al-Qaida au Maghreb islamique et lutter ainsi contre le terrorisme dans le Sahel

Vous lisez:

Traquer Al-Qaida au Maghreb islamique et lutter ainsi contre le terrorisme dans le Sahel

Taille du texte Aa Aa

C’est à une conférence dite de “coordination” que participaient sept pays du Sahel ce mardi à Alger. L’occasion d‘évaluer la situation sécuritaire dans la région où des groupes islamistes radicaux se réclamant d’Al-Qaida sont de plus en plus actifs.

“Il nous incombe d’abord d‘évaluer la menace terroriste qui connait des développements dangereux et qui prend une nouvelle dimension avec ses connections multiples et de plus en plus fortes avec le crime organisé, le trafic de drogue et d’armes”, a expliqué Mourad Medelci, le ministre algérien des Affaires étrangères.

L’Algérie, le Burkina Faso, la Libye, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger visent Al-Qaida au Maghreb islamique. Il s’agit d’une émanation des groupes terroristes algériens des années 90 devenue aussi aujourd’hui une puissante organisation criminelle.

Si les racines du groupe se trouvent en Algérie, on y compte près de 28 000 combattants islamistes dans les années 90 et au plus fort de leur mobilisation, 20 ans plus tard le réseau s’est étendu aux pays voisins et ils sont quelques centaines à opérer dans la région du Sahel.

A l’origine, il s’agit d’un mouvement de résistance islamique au gouvernement laïc algérien.
En 1992 l’armée algérienne annule les élections remportées par le FIS, le Front islamique du salut, partisan d’une Algérie régie par la charia. L’insurection commence.

L’Algérie bascule dans la guerre civile. Le Groupe islamique armé (GIA) fait régner la terreur. Certains éléments du GIA dénoncent des méthodes cruelles et brutales et décident alors de créer une nouvelle branche.

Ainsi naît le GSPC, le Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat. Dès 2003, il déclare allégeance à Al-Qaida, laquelle reconnaîtra la filiation en 2006. Le groupe change alors de nom pour devenir Al-Qaida au Maghreb islamique. Désormais ils sont plus nombreux, plus puissant et plus influent que le GIA.

Ils continuent de lutter contre le gouvernement tout en épargnant les civils ce qui leur vaut leur soutien. Mais ils s’en prenne aux étrangers comme en témoigne un double attentat suicide en 2007. 17 membres de l’onu seront tués parmi 41 victimes.

Ils organisent des attentats meurtriers contre les étrangers et les autorités algériennes mais aussi des kidnapping dans tous les pays de la région. Ils exigent des rançons qui serviront à financer leurs actions.

Jusqu‘à présent, Al-Qaida au Maghreb islamique n’a pas frappé l’Europe ni les Etats Unis.
En a-t-il les moyens? Les avis divergent sur la question, mais les opérations menées chez elles par les polices européennes prouvent que des ramifications existent et que la menace est prise au sérieux.