DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

ETA mis en cause après le mort d'un policier français

Vous lisez:

ETA mis en cause après le mort d'un policier français

Taille du texte Aa Aa

Une minute de silence mercredi pour Jean-Serge Nérin. Le policier tué mardi soir au cours d’un échange de tirs à Dammarie-les-Lys en Seine et Marne, dans la région parisienne.

Un rassemblement pour cet homme de 52 ans, père de quatre enfants, qui est devenu, malgré lui, la première victime d’ETA parmi les forces françaises.

Jose Luis Rodriguez Zapatero, le chef du gouvernement espagnol a condamné cette attaque : “Cette fois-ci, dit-il, la France a payé un lourd tribut pour sa collaboration dans la lutte contre ETA si importante pour notre liberté et notre sécurité. Je peux vous jurer que l’assassinat de ce gendarme sera considéré comme celui d’un membre de nos forces de sécurité.”

La police française est toujours à la recherche des auteurs des coups de feu mortel.

C’est lors du contrôle de véhicules volés un peu plus tôt que le drame est survenu. Les occupants d’une voiture venue par l’arrière tirent et le policier décède malgré son gilet pare-balle.

Le seul homme arrêté lors de l’interpellation mardi soir, Joseba Fernandez Aspurz, a avoué son appartenance à ETA. Il serait poursuivi en Espagne pour des violences urbaines au Pays Basque.

Enfin selon une source judiciaire espagnole l’arme du crime ferait partie d’un lot volé par un commando d’ETA en 2006, dans le sud de la France.