DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Victoire très large de la gauche aux élections régionales en France

Vous lisez:

Victoire très large de la gauche aux élections régionales en France

Taille du texte Aa Aa

Débordement de joie hier soir, au siège du Parti socialiste à Paris, à l’annonce des premiers résultats des élections régionales. La gauche et ses alliés ont remporté confortablement ce dernier grand rendez-vous électoral avant la présidentielle de 2012.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, évoque une “victoire sans précédent”.

“En votant mais aussi pour beaucoup en s’abstenant, les Français ont également exprimé leur rejet de la politique du président de la République et du gouvernement. Je crois vraiment qu’ils ont sanctionné une politique injuste, de cadeaux fiscaux pour les plus privilégiés, au détriment de l’emploi, de la lutte contre le chômage et au détriment du pouvoir d’achat.”

Premier enseignement du scrutin, l’abstention est en léger recul par rapport au premier tour même si 51% des Français seulement se sont rendus aux urnes.

La gauche victorieuse dans 21 régions métropolitaines sur 22, a recueilli 54% des voix, son meilleur score après les législatives de 1981.

L’UMP, qui a obtenu 35,5% des suffrages, sauve l’honneur. Il l’emporte à la Réunion et en Guyane, conserve l’Alsace, mais perd la Corse.

Quant au Front National, il confirme sa bonne forme du moment avec plus de 9% des voix. Victoire personnelle aussi pour Jean-Marie Le Pen qui a obtenu près de 25% en PACA.

A la différence du premier tour, le premier ministre François Fillon a reconnu la défaite.

“Nous n’avons pas su convaincre. Le rapport de force issu des régionales de 2004 reste globalement inchangé et cela constitue une déception pour la majorité. J’assume ma part de responsabilités”.

Lourde défaite aussi pour Nicolas Sarkozy qui a prévu de rencontrer son premier ministre dans la matinée, pour évoquer un remaniement technique.

Aucun membre du gouvernement n’est parvenu à devenir président de région à l’issue du second tour, alors que plus de la moitié d’entre eux étaient candidats.