DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vuitton versus Google : les deux parties crient victoire


Le bureau de Bruxelles

Vuitton versus Google : les deux parties crient victoire

C’est une demi-victoire que Google a obtenu devant la justice européenne. Elle estime que le moteur de recherche ne peut pas être tenu pour responsable des activités des annonceurs qui y font de la publicité. Mais Google devra retirer toute annonce orientant les internautes vers des produits contrefaits, lorsqu’il en aura connaissance. De quoi rassurer les grandes marques, Louis Vuitton en tête.

“C’est un progrès formidable. Google prétendait qu’il était parfaitement loisible à l’annonceur d’acheter sans engager sa responsabilité des marques qui appartiennent à autrui. En décidant le contraire, c’est un démenti formel de la position de Google que la Cour a apporté”, explique le vice-président de LVMH.

Pour cibler leurs publicités, les annonceurs achètent des mots-clés, y compris des noms de marques. Cette pratique pourra se poursuivre. Aux grandes marques d’ouvrir l’oeil. Google s’en tient à son rôle d’hébergeur. “Il est trop tôt pour dire quel sera l’impact sur les affaires et s’il y aura des changements”, commente laconiquement le porte-parole du moteur de recherche numéro un.

Il reviendra en réalité aux juridictions nationales de trancher au cas par cas pour savoir s’il y a atteinte à la fonction d’une marque.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Service diplomatique européen : le casse-tête continue