DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

GB : réduire les déficits et soutenir la croissance

Vous lisez:

GB : réduire les déficits et soutenir la croissance

Taille du texte Aa Aa

L‘équation que le gouvernement britannique doit résoudre n’est pas simple : réduire le déficit budgétaire (en limitant les dépenses), sans pour autant pénaliser la croissance, le tout, sans se mettre à dos l’opinion publique à quelques semaines des élections.

Sur le plan économique, le gouvernement s’est engagé à ramener le déficit public de 11.8% du PIB en 2010 à 4% en 2014. Il table sur un taux de croissance supérieure à 1% cette année, et qui dépasserait les 3% dès l’an prochain.

Pour les investisseurs, l’important semble être la réduction du déficit. Faute de quoi, il y a le risque que les agences de notation dégradent la note de la dette britannique. Actuellement, la dette représente à 54% du PIB. D’ici à quatre ans, elle devrait grimper à 75%.

Dernier chiffre : l’emploi. Aujourd’hui, 7,8% de la population active est au chômage. Un taux que le gouvernement veut faire baisser. Or, pour créer des emplois, le gouvernement a besoin de croissance, une croissance encore fragile. D’où des mesures de soutien à la relance. Exemple : des incitations fiscales pour l’achat de biens immobiliers.

Autre mesure annoncée par le gouvernement : la création d’une banque d’investissement verte dotée de 2,3 milliards d’euros. Son but : financer des activités industrielles plus propres sur le plan écologique, que ce soit dans le secteur énergétique ou dans les transports.

Le gouvernement britannique va également inciter les banques nationalisées à prêter davantage et plus facilement aux petites et moyennes entreprises (PME).

Il y aura enfin une aide pour lutter contre l’exclusion bancaire. Cela devrait permettre à plusieurs centaines de milliers de personnes de pouvoir disposer d’un compte en banque.