DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vol Rio-Paris: à la recherche des boîtes noires

Vous lisez:

Vol Rio-Paris: à la recherche des boîtes noires

Taille du texte Aa Aa

Six mois de préparation et 10 millions d’euros pour une mission de haute importance: apporter des réponses aux familles des 228 victimes du vol Rio-Paris et améliorer la sécurité des Airbus.

Il y a 10 mois, l’A330 d’Air France s’abîmait en mer. Les deux premières phases de recherches ont permis de retrouver 50 corps, des débris de l’avion mais pas les boîtes noires.

Pour ce troisième essai, les enquêteurs se montrent confiants et ont bon espoir de pouvoir lire les données en cas de réussite.

Alain Bouillard du Bureau français enquête et analyse:

“Ces enregistreurs sont faits pour résister à des profondeurs de 6.000 mètres. Il a été possible de lire des enregistreurs qui étaient restés plusieurs semaines dans l’eau. “

Deux bâteaux américains et norvégiens, avec à bord une centaine de personnes, sont mobilisés. Equipés de quatre sonars et de trois robots sophistiqués, ils arriveront sur zone la semaine prochaine pour un mois maximum.

La zone de recherche a été mieux délimitée, elle est 10 fois plus petite que lors des premières recherches.

Le 1er juin 2009, l’Airbus A330 d’Air France, effectuant le vol AF447 entre Rio de Janeiro et Paris, s‘était abîmé dans l’océan Atlantique, ne laissant aucun survivant.

Les personnes à bord appartenaient à 32 nationalités, dont 72 Français, 58 Brésiliens et 26 Allemands, selon le ministère français des Transports.