DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Irak dans l'attente d'un nouveau gouvernement

Vous lisez:

L'Irak dans l'attente d'un nouveau gouvernement

Taille du texte Aa Aa

Le vainqueur des législatives irakiennes veut un “gouvernement fort qui puisse rendre à l’Irak sa place dans le monde”.

C’est avec un discours très nationaliste que Iyad Allawi a donné le coup d’envoi des négociations pour la formation du nouveau cabinet:
“Le bloc irakien, ma liste, prône l’ouverture à tous les partis politiques ce qui incluent l’alliance de l’Etat de droit de Nouri-al-Maliki, l’alliance nationale irakienne et la coalition des partis kurdes.”

Pour cet ancien Premier ministre, chiite et laïque, à la tête d’une coalition qualifiée d’anti-iranienne, “l’Irak n’appartient à personne, à aucune religion ou parti politique. L’Irak appartient aux Irakiens. “

Dans les rues de Bagdad ce samedi matin et à la une des journaux, les résultats serrés des législatives du 7 mars sont contestés par certains, acceptés par d’autres: “Ces résultats sont mauvais, nous ne sommes pas satisfaits de ce scrutin. Il y a eu des problèmes avec les votes. Il nous faudrait vraiment un nouveau décompte des voix.”

“J’espère que les blocs politiques seront capables de former le nouveau gouvernement aussi vite que possible. Si Dieu le veut, Allawi sera en mesure de ramener et de maintenir la sécurité en Irak, et de créer des emplois.”

Au parlement, le bloc irakien d’Allawi n’a obtenu que deux sièges de plus que l’alliance de Maliki, qui peut encore déposé une plainte auprès de la commission électorale.

Après les législatives post-saddam de 2005, il avait fallu plusieurs mois pour former un gouvernement et des violences sectaires avaient éclaté en Irak.