DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Erika : la cour d'appel confirme le préjudice écologique

Vous lisez:

Erika : la cour d'appel confirme le préjudice écologique

Taille du texte Aa Aa

10 ans après la marée noire de l’Erika, et après des mois de bataille judiciaire, la cour d’appel de Paris a confirmé la responsabilité pénale de Total dans le naufrage du pétrolier, ainsi que la notion de préjudice écologique. Ce préjudice accordé au départ uniquement au Morbihan et à la Ligue de Protection des Oiseaux a été étendu à plusieurs collectivités et associations. Si c’est une victoire pour ceux qui protègent l’environnement, c’est insuffisant pour l’avocate des parties civiles Corinne Lepage : “ C’est une grande satisfaction morale bien sûr parce que et la responsabilité pénale de Total, à laquelle nous tenions beaucoup, et bien entendu le préjudice écologique ont été reconnus. Une grande déception, c’est que Total ne paye pas. C’est à dire que l’affrêteur est pénalement responsable mais civilement ça ne lui coûte rien. Ce qui veut dire qu’en terme d‘évaluation des coûts, lorsqu’un pétrolier continuera à utiliser un bateau poubelle il aura un petit risque pénal mais ça ne lui coûtera rien”.

Le 12 décembre 1999, l’Erika faisait naufrage au large des côtes bretonnes. Un mois après l’arrivée de la marée noire, on ramassait 115 000 tonnes de fioul et de déchets contaminés, comme l’eau de mer, le sable. Total a versé depuis 170 millions d’euros aux parties civiles.