DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le mea culpa des églises autrichiennes et suisses

Vous lisez:

Le mea culpa des églises autrichiennes et suisses

Taille du texte Aa Aa

L’Eglise catholique fait pénitence. Secoué par des scandales d’abus sexuels en Irlande, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas, le clergé profite de cette semaine sainte pour demander pardon aux victimes. Ainsi, en Autriche, où plus de 500 plaintes ont été déposées depuis le début de l’année, une messe spéciale a été organisée par l’un des proches de Benoît XVI, le cardinal de Vienne. 3000 fidèles sont venus l‘écouter.

“Nous confessons avoir noirci et trahi le nom de Dieu, Dieu qui est amour” a dit Christoph Schoenborn. “Certains, parmi nous, ont parlé de l’amour de Dieu mais ont agi comme le diable avec ceux qui avaient besoin de protection”.

A quelques jours de Pâques, la Conférence des Evêques Suisses a fait, elle aussi, amende honorable et appelé les victimes à porter plainte. Une soixantaine de cas d’abus sexuels a été recensée dans la confédération.

“Nous devons admettre humblement avoir sous-estimé l’ampleur de la situation. Les responsables dans les diocèses et les ordres religieux ont commis des erreurs. Nous demandons pardon pour ces erreurs”, a ainsi déclaré Norbert Brunner, le président de la Confédération des Evêques suisses.

Benoît XVI a condamné ces abus, mais il est lui-même dans l’oeil du cyclone, accusé d’avoir couvert des affaires de pédophilie lorsqu’il présidait la Congrégation de la Doctrine de la foi. Un avocat américain a même déposé une requête pour faire témoigner le Pape dans l’un de ces dossiers.