DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe du Monde 2010 : A la découverte de Soccer City

Vous lisez:

Coupe du Monde 2010 : A la découverte de Soccer City

Taille du texte Aa Aa

Soccer City à Johannesburg. C’est ici que se dérouleront dans quelques semaines le match d’ouverture et la finale de la Coupe du Monde de foot.
Nous avons rencontré Bob Van Bebber, l’architecte qui a transformé l’ancien stade, en ce lieu en forme de calebasse. Ce qui pour lui symbolise parfaitement le continent Africain.

La calebasse ?
“Nous cherchions un objet qui soit véritablement Africain, et on a trouvé la calebasse. C’est le pot de l’Afrique, le melting-pot, comme je l’appelle. Parce que j’aime cette idée de melting-pot.
Il s’agit de gens qui se regroupent. Ca va très bien avec Johannesburg. Dans cette ville, il y a plus de gens qui viennent de l’extérieur que de gens qui sont nés ici. Donc, c’est un vrai melting pot.
Vous savez, dans la tradition Africaine, on se passe le pot de bière, et chacun boit une gorgée. C’est un peu la même chose ici. Les gens vont participer à une expérience. L’expérience ici, ce sera le match de football.”

Un site historique
“Nous avons eu quelques soucis pour intégrer ce nouveau stade sur le site de l’ancienne installation. Mais finalement, on s’en est sorti. C’est vrai qu’il aurait été plus facile de tout raser et de tout refaire, mais le site avait une telle histoire qu’on ne pouvait pas y toucher.
Nelson Mandela a fait son discours ici au moment où il est sorti de prison. Les funérailles des deux activistes Chris Hani et Oliver Tambo ont eu lieu ici. Donc vraiment, il était impossible de tout démolir et de tout refaire. Sans quoi on n’aurait pas respecté l’histoire.”

La construction
“Sur des gros projets comme ça, les budgets sont toujours très serrés. Et évidemment, on a du faire des sacrifices par rapport à ce qu’on avait imaginé au départ. Mais bon, finalement, on s’est debrouillé pour faire un bon produit avec le budget dont on disposait.
Le principal maitre d’oeuvre a ouvert un centre où ils ont formé plus de 700 personnes qui étaient au chômage. Ils leur ont appris les techniques de base de la construction : la maçonnerie, le coffrage, la fabrication du béton, et ensuite ils ont employés la majorité d’entre eux sur la construction du stade. C’est une des belles réussites de cette aventure.”

L’ambiance ?
“Lorsque vous vous approchez du terrain, et quand vous avez ce stade immense en face de vous avec le son de 90 000 vuvuzelas, c’est complétement fou.
Ici, les supporters sont parfois en colère contre l’arbitre, mais il n’y a jamais de problèmes entre eux. Vous savez, pour le gros derby de soweto entre les Orlando Pirates et les Kaiser Chiefs, les supporters sont assis les uns à côté des autres, et ils profitent tous ensemble du spectacle sans qu’il y ait le moindre souci.
Bon évidemment, pour la Coupe du monde, on va être obligés de créer des séparations.”

Et finalement ?
“Mon message c’est : venez ! Venez en Afrique du Sud et achetez un Vuvuzela ! Ca va être fantastique. Vous savez, les gens adore le foot ici, et vont vous accueillir à bras ouverts, pour une grande fête Africaine.”