DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Soudan : l'opposition se retire du processus électoral

Vous lisez:

Soudan : l'opposition se retire du processus électoral

Taille du texte Aa Aa

Au Soudan, plusieurs partis politiques d’opposition ont annoncé ce jeudi qu’ils ne participeraient pas aux élections du 11 avril prochain. Il s’agit d‘élections présidentielles, législatives et régionales. L’opposition justifie ce boycott en accusant le pouvoir en place de préparer des fraudes massives.

Cette décision intervient au lendemain de l’annonce faite par Yasser Arman de retirer sa candidature à la présidentielle. Dirigeant du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), Yasser Arman faisait figure de principal rival du président sortant Omar El-Béchir.

Tous ces désistements risquent de décrédibiliser les élections du 11 avril. C’est la première fois depuis 25 ans que les Soudanais sont appelés aux urnes pour un scrutin avec plusieurs partis et plusieurs candidats.

Si l’opposition maintient son mot d’ordre de boycott, le chef de l’Etat sortant se retrouvera sans réel adversaire. Il sera donc quasiment assuré d‘être réélu.

Omar El-Béchir, âgé de 66 ans, est sous le coup d’un mandat d’arrêt délivré par la Cour pénale internationale (CPI). La CPI estime qu’il est responsable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la région du Darfour, dans l’ouest du Soudan. La guerre civile au Darfour aurait fait près de 300 000 morts et plus de 2 millions de déplacés.