DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afrique du Sud : la crainte de violences raciales

Vous lisez:

Afrique du Sud : la crainte de violences raciales

Taille du texte Aa Aa

En Afrique du Sud, le meurtre d’Eugène Terre’Blanche ravive des tensions raciales. Le dirigeant d’extrême droite a été tué samedi soir par deux de ses employés, noirs, qui réclamaient le paiement de leur salaire. Aussitôt, ses partisans ont appelé à la vengeance. Certains parlent de ressortir les armes.

André Visagie, le leader du mouvement de résistance Afrikaner (AWB), fondé dans les années 70’ par Eugène Terre’Blanche, affirme que cela risque de dégénérer à trois mois de la coupe du monde de football. Parlant du meurtre de Terre’Blanche, il dit que c’est “le type d’incident qui arrive souvent ici”. “Et, prévient-il, il va falloir s’attendre à ce genre de choses lors de la venue des équipes de football”.

Les deux auteurs présumés du meurtre de Terre’Blanche sont âgés de 15 et 21 ans. Ils se sont rendus à la police et devraient être présentés ce mardi à la justice.

Du côté des autorités, on tente de désamorcer les tensions. Ainsi, le président lui-même s’est adressé à la nation. “Il est important que tous les dirigeants de ce pays, tous les responsables de partis politiques et d’ONG s’unissent pour appeler au calme”, a ainsi affirmé Jacob Zuma.

Cette affaire indique, en tout cas, que 16 ans après la fin de l’apartheid, des tensions raciales semblent toujours latentes. Et certains soufflent sur les braises. Parmi eux, Julius Malema, le leader des jeunes militants de l’ANC, le parti au pouvoir. Il a remis au goût du jour une chanson, datant de lutte anti-apartheid, qui appelle à tuer les fermiers blancs. Plusieurs associations estiment qu’il s’agit là d’une incitation à la haine raciale.