DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un mois pour convaincre les électeurs britanniques

Vous lisez:

Un mois pour convaincre les électeurs britanniques

Taille du texte Aa Aa

Travaillistes, conservateurs et libéraux-démocrates n’ont pas de temps à perdre. Il faut occuper le terrain pour tenter de remporter les élections législatives les plus disputées depuis 1992.

S’inspirant de la campagne d’Obama pour la Maison Blanche, le Premier ministre travailliste Gordon Brown a fait son premier déplacement dans un supermarché du Kent.

Idéal pour parler pouvoir d’achat, emplois et relance de l‘économie, alors que les Britanniques viennent de traverser la plus grave récession de ces 80 dernières années.

Face à Gordon Brown, David Cameron, le chef de file des conservateurs promet un nouveau départ aux électeurs, ni plus, ni moins.

Affichant son dynamisme, sa préoccupation pour les moins nantis, Cameron veut incarner un parti conservateur modernisé. Il avait choisi un hôpital de Birmingham pour se montrer en ce premier jour de campagne officielle.

Il a la difficile tâche de conserver la tête des sondages qui le donne gagnant depuis des mois, mais en net recul.

Troisième force politique, troisième homme, les libéraux-démocrates de Nick Clegg. Lui s’est rendu dans un collège du nord de Londres pour prêcher la carte de la différence, de la nouveauté, de l’alternative face aux forces politiques séculaires que seraient les travaillistes et les conservateurs.

Peu de chance qu’il l’emporte, mais Nick Clegg pourrait être amené à jouer le faiseur de roi tant l‘écart s’annonce serré entre Brown et Cameron.

Le risque de ces élections, et la chose est rare en Grande-Bretagne, c’est qu’aucun parti n’obtienne de majorité absolue au parlement, et qu’il faille se diriger vers une coalition.