DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ban Ki-moon plaide pour un monde sans armes nucléaires

Vous lisez:

Ban Ki-moon plaide pour un monde sans armes nucléaires

Taille du texte Aa Aa

Au cours de sa tournée en Asie centrale, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a fait une halte à Semipalatinsk, dans les steppes kazakhes. Ce ancien site d’essais nucléaires a été fermé en 1991. Là furent testées les bombes atomiques à uranium et à hydrogène de l’Union soviétique. Euronews a pu se rendre sur le site et y interviewer le patron de l’ONU, pour qui la dénucléarisation totale ne peut plus attendre.

euronews : “Monsieur le Secrétaire général, bienvenue sur euronews. Vous visitez le site des 456 explosions nucléaires. Qu’est-ce que cela vous inspire ?”

Ban Ki-moon : “C’est une expérience qui me donne à réfléchir. Se trouver ici, sur Ground Zero, où de si nombreux essais nucléaires ont été conduits. On m’a dit que 456 essais nucléaires avaient été effectués ici, avec des conséquences terribles pour la vie humaine et l’environnement. Nous ne devrions pas perpétuer ce genre d’héritage. C’est un terrible héritage. Et je salue vivement l’extraordinaire leadership dont a fait preuve le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, qui a courageusement fermé ce site d’essais nucléaires et a poussé à l’instauration d’une zone exempte d’armes nucléaires en Asie centrale. C’est une grande étape.”

euronews : “A propos d‘étapes, votre visite coïncide avec le signature du nouveau Traité Start. Les Etats-Unis et la Russie vont réduire leurs arsenaux nucléaires. Pour autant, ils gardent suffisamment d’ogives pour détruire toute forme de vie sur la planète. Alors, sommes-nous vraiment davantage en sécurité maintenant ?”

Ban Ki-moon : “La communauté internationale a le devoir de faire de ce monde un monde sans armes nucléaires et de non-prolifération. C’est ce que nous devons accomplir sans plus attendre. Je vais enjoindre les dirigeants des puissances nucléaires -lorsque je les rencontrerai à Washington la semaine prochaine où je participerai au sommet sur le désarmement nucléaire – je les enjoindrai à prendre leurs responsabilités politiques et morales. Nous n’avons plus besoin des armes nucléaires. Sur ce point, je salue aussi le président de la Fédération de Russie Medvedev et le président des Etats-Unis Obama, qui ont signé ce Traité succédant à Start. C’est un nouveau départ, et j’espère que d’autres puissances nucléaires suivront.”

euronews : “Et pensez-vous que ce nouveau Traité Start va avoir une incidence sur les efforts de non-prolifération, en particulier dans le dossier iranien ?”

Ban Ki-moon : “Je suis convaincu que ces évolutions encourageantes dans le domaine du désarmement nucléaire et de la non-prolifération auront un impact positif sur nos efforts continus pour obtenir un monde sans armes nucléaires, y compris en ce qui concerne le programme de développement nucléaire iranien.”

euronews : “Revenons à votre tournée en Asie centrale. Vous êtes venu ici après vous être rendu dans quatre autres républiques de la région, connues pour leur manque de respect des droits de l’Homme et des standards démocratiques. Jusqu’ici, leurs dirigeants ont plutôt ignoré les critiques. Pensez-vous qu’ils ignoreront les votres ?”

Ban Ki-moon : “En tant que Secrétaire General des Nations Unies, j’ai une grande responsabilité, un mandat, pour la protection et la promotion des droits humains. Les droits de l’Homme sont une valeur reconnue universellement. Et j’ai appelé sans la moindre ambigüité, tous les dirigeants d’Asie centrale à protéger les droits humains, à protéger les gens vulnérables, et à appliquer toutes les conventions et les accords internationaux qu’ils ont signé. C’est une obligation morale et un impératif. Les dirigeants doivent se rendre compte que les droits de l’Homme sont un principe accepté de manière universelle et une valeur de l‘être humain.”

euronews : “Et quelle a été leur réaction à votre appel ?”

Ban Ki-Moon : “Je suis convaincu qu’ils ont clairement entendu mon message, en tant que Secrétaire général des Nations Unies, pour que soient promues et appliquées toutes les obligations découlant des législations et des traités internationaux sur les droits de l’Homme.”