DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trois humanitaires italiens accusés d'avoir planifié des attentats en Afghanistan

Vous lisez:

Trois humanitaires italiens accusés d'avoir planifié des attentats en Afghanistan

Taille du texte Aa Aa

Neuf personnes, dont trois Italiens, travaillant en Afghanistan pour l’ONG Emergency, ont été arrêtées
samedi. Elles sont accusées d’avoir voulu tuer le gouverneur de la province du Helmand, région du sud du pays. Les trois Italiens, un médecin, une
infirmière et un logisticien, ont planifié des attentats pour le compte des talibans, qui les ont financés, a expliqué le gouverneur, Gulab Mangal. En précisant que des fusils, des grenades et des
ceintures d’explosifs avaient été découverts dans l’hôpital géré par Emergency.

“Je suis choqué par ces arrestations et ces affirmations, a commenté le fondateur d’Emergency,
Gino Strada, lui-même médecin. Une guerre a été déclarée contre cet hôpital. Une guerre préventive. Parce que notre ONG est un témoin gênant.” Et si ce médecin humanitaire accuse le gouvernement
afghan de “prendre en otage” des employés de son ONG, il accuse aussi l’OTAN d’avoir couvert l’opération. Un porte-parole de l’OTAN, dont les forces mènent toujours leur grande offensive dans cette région, a démenti toute implication des forces de la coalition.

Plusieurs dizaines d’Afghans se sont rassemblés devant l’hôpital aux cris de “Mort à Emergency”,
“Nous ne voulons pas d’Emergency.” “Nous demandons à notre gouvernement de faire partir les
troupes italiennes de notre pays, a précisé l’un des manifestants. Nous sommes capables d’assurer nous-mêmes notre sécurité.”

Le gouvernement italien s’est jusqu’ici montré très discret. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères s’est contenté d’assurer que
“Les Italiens impliqués dans cet incident ne sont en aucune manière liés aux activités de coopération du gouvernement italien.” Une absence de soutien actif
peut-être imputable aux mauvaises relations qu’il entretient avec l’ONG Emergency…